Dans le parc de La Villette, cinq adolescents issus des quartiers populaires nord-parisiens tuent le temps grimpés sur un tourniquet en bois. L’ennui aidant, émerge l’idée d’organiser un braquage. Les esprits s’échauffent et le groupe se tourne vers un sixième larron susceptible d’apporter son soutien logistique. Affaire conclue. Pistolet à la main, les voilà partis à la conquête de l’argent convoité, un masque blanc sur le visage. Ouverture d’un coffre-fort, récupération de liasses de billets… puis, c’est la panique : deux policières armées débarquent. Poursuite dans un labyrinthe de couloirs, coups de feu. Un braqueur est arrêté. L’une des policières lui ôte son masque et découvre avec stupeur qu’il n’est autre… que son frère. Ceci n’était en fait qu’un mauvais rêve. Mais aussi le scénario d’un film. Fin de l’histoire : l’ado explique à sa sœur qui lui relate son cauchemar qu’il ne braque pas mais « bicrave [trafic] seulement ».

Ce scénario d’une jeune fille se rêvant en policière pour pouvoir arrêter la dérive d’un frère déjà engagé dans les trafics a été imaginé par 15 jeunes de 12 à 16 ans lors d’un atelier vidéo mis en place dans le cadre du groupe de travail « Prévention de l’engagement des jeunes dans les trafics – 19e arrondissement » animé par la MMPCR. Soutenu par cette dernière, le court métrage intitulé « Le casse du siècle… dans tes rêves ! » a été élaboré par le centre social et culturel J2P, qui a mobilisé et accompagné les jeunes au plan éducatif, et l’Association de prévention du site de la Villette (APSV), qui s’est chargé de la partie cinématographique.

Intégralement conçu et monté avec des ados en difficulté, issus de familles migrantes et précaires, le film fait alterner des moments de fiction et de discussions entre les jeunes en voix off. Sur un fond noir, les mots-clés employés par les ados sont reproduits et quatre thèmes sont abordés : l’argent, la police, la violence et le trafic. En dehors des périodes de tournage, qui a favorisé un travail sur l’estime de soi, le développement de compétences psychososiales (capacité à s’impliquer dans un ouvrage collectif, acceptation de contraintes liées à sa réalisation, gestion des émotions et des frustrations…), des temps d’échange étaient en effet organisés. Ce sont ces débats qui ont été repris sans fard dans le film.

Un livret pédagogique accompagne le DVD, qui peut être diffusé dans le cadre d’actions de prévention auprès de pré-adolescents et d’adolescents, et propose des pistes pour ouvrir et mener des débats en permettant aux personnes d’élaborer leur propre réflexion.

Le DVD est disponible à la MMPCR

Le guide pratique est téléchargeable – A lire